Mon premier jeûne : 60 heures

Mis à jour : 16 mai 2020



Il est de ces jours où les choses s'emballent bien plus vite que ce que l'on est capable de suivre. Il est de ces jours où l'esprit pense pouvoir gérer, pense tout savoir mais surtout pense de travers ...


Ce jour-là est arrivé mercredi dernier.


Je venais de traverser une bronchite et j'étais dans une période où je me sentais un peu "patraque" comme l'on dit chez moi. Il est vrai que depuis quelques temps, je faisais à nouveau les yeux doux à des cafés trop sucrés et à ma petite viennoiserie "presque" quotidienne au chocolat. Et oui ... je sentais déjà les effets du sucre sur moi.


Je ne suis pourtant pas un gros amateur de sucre à la base. Car à mon plus grand désarroi, je vis avec le colon irritable depuis aussi loin que je me souvienne donc il m'a toujours fallu faire attention à mon alimentation.


Ainsi "exit" les sucreries, les alcools (forts et moins forts), les légumes et tout ce qui est alimentation transformée ... ce qui ne laisse pas grand chose au final. Même si je me permets quelques "extra" de temps en temps pour le plaisir des papilles et de l'esprit.


Mais cette fois, mon corps a bloqué ... je pense qu'il était arrivé à un "trop plein" de tout durant ces derniers temps. Même si je n'ai pas l'impression d'avoir abusé plus que de raison, les faits étaient là ... il me disait clairement STOP ... je ne prendrais plus rien. Laisse-moi dégorger ...


11h42

Nous sommes donc jeudi matin, mon petit déjeuner est déjà bien loin derrière moi mais ma décision vient de tomber, claire comme de l'eau de roche ... je n'ai plus envie/besoin de manger avant un bon moment ... je ne suis plus capable !


L'idée d'un jeûne tourne dans ma tête depuis quelques temps déjà mais ce n'était jamais le bon moment et l'envie était tout sauf présente. Moi qui cherchait depuis quelques jours à prendre rendez-vous avec un acupuncteur ou à reprendre le Qi-Gong pour me faire travailler à nouveau ... c'est une autre solution qui s'est présentée naturellement à moi. Je ne connais pourtant strictement rien à cette pratique et je ne l'ai jamais pratiqué avant si ce n'est durant mes périodes de maladie où le corps ne veut strictement rien manger. Il est intéressant de prendre le temps d'observer les mécanismes naturels de notre propre corps. S'il est capable de surpasser une maladie sans manger, je dois être capable de tenir quelques jours, quand je vais bien, pour nettoyer un peu cet intérieur !


Après quelques recherches, je découvre le fameux "jeûne de 3 jours" qui permet de détoxifier le corps et de faire comme un "reset" du système immunitaire. Je me dis bingo, c'est exactement ce dont j'ai besoin. Une brève méditation m'amène à valider cette décision. L'impulsion vient bien de mon corps et non de mon mental. Je me lance !


C'est parti ... mon jeûne va donc durer jusqu'à dimanche matin ou midi.


16h22

Mais comment je vais pouvoir tenir trois jours sans aucune nourriture ? Boire de l'eau uniquement et du thé vert. Hummm ... la si bonne idée prend un peu le bord :-/ Bien des idées me passent par la tête, des questionnements, des inquiétudes ... Je continus de lire plein d'études scientifiques et de blogues de personnes qui ont déjà pratiqué le jeûne un ou plusieurs fois. Comme toujours, il y a de tous les avis, de toutes les couleurs, de tous les conseils disponibles. Pas vraiment de quoi se faire une opinion tranchée.


En même temps, cela tombe bien ... c'est tout ce que je ne suis pas, quelqu'un avec une opinion tranchée. Au contraire, je navigue toujours ou presque toujours dans le champs des possibles, les nuances. Je me retrouve une nouvelle fois sur les chemins du Tao. Ahhhh que je suis donc sur le bon chemin ... Mon chemin !


16h27

Je suis dans le métro et j'observe les gens. Je me demande combien d'entre eux ont déjà pratiqué cette activité dans leur vie ? Je commence à peine mais je pressent déjà que ma bonne amie la méditation sera très proche de moi. Encore plus qu'à l'habitude ! WoW ... cela va devenir bien intéressant !


16h30

Pointe de stress, une demande de rendez-vous en ligne vient d'arriver pour un massage. Je n'ai pas encore eu le temps de bloquer mon agenda. Pourvu que ce ne soit pas en plein week-end. Impossible de faire une session sans avoir d'énergie ... ouf ... le rdv est pour mardi soir !


16h49

Mon livre "la diététique en médecine traditionnelle chinoise" ressort finalement sur mon bureau ... les choses sont bien faites quand même. Depuis le temps que je cotoie la médecine chinoise dans toute sa splendeur, je n'ai jamais été attiré par les écrits abordant le jeûne. Et pourtant celle-ci regorge de références incroyables !


17h14

Les lectures continuent entre coupées de pauses méditatives. Des réflexions surgissent et des évidences apparaissent. Je pense embarquer dans une pratique saisonnière du jeûne. Je me prépare mon agenda 2018 des jeûnes prévus en inter-saison.


18h00

Habituellement, c'est mon heure de repas mais je n'ai pas spécialement faim pourtant. Le temps vite passé depuis mon petit déjeuner et je n'ai pas vraiment eu de fringale, peut-être parce que j'étais pas mal occupé. Dire que mon prochain repas ne sera pas avant dimanche matin ... En fait, ça paraît tout simplement surréaliste ! Je ne sais pas où je m'en vais mais c'est à la fois passionnant, stressant, curieux et ... une multitude d'émotions apparaissent et disparaissent ... fort heureusement, j'enchaîne avec un atelier de méditation dans une heure à peine. Je ne sais pas encore si je vais leur en parler ou pas.


Et oui, j'hésite à partager en temps réel mon cheminement ... et si je n'y arrive pas finalement pas ? Je passe la plupart de mon temps à parler du jugement, de la comparaison et de la projection. Et cette fois, j'y suis également en plein dedans.


Je m'aventure à nouveau dans une pratique millénaire via une exploration en temps réel de moi-même. J'ai hâte de voir ce que cela va induire sur mes méditations et mes divers états de conscience.


Ah ... je suis déjà dans la hâte ! (intéressant)


21h27

Fin de l'atelier de méditation. Oupss ... on a débordé d'une heure quasiment. Mais le groupe est tellement passionné et les échanges ont été d'une si grande richesse que le temps à filé. La soif se fait sentir malgré le fait que j'ai l'impression d'avoir beaucoup bu. Une petite faim pointe son nez à l'horizon. J'inspire, j'expire ... ça passe.


22h08

La sensation de faim est bien plus présente. C'est intéressant de la ressentir dans ces conditions car je ne vais pas pouvoir la contenter. Là où j'aurais dû avoir une sensation de vide, j'ai plutôt une sensation de trouble ou d'excès presque. C'est une sensation difficile à décrire au final. D'ailleurs, je me rends compte que mon dernier repas remonte quand même à presque 16 heures.


Passer trois journées sans manger va certainement être une très longue expérience finalement. Et dire, qu'à cette heure-ci, je grignote quelque chose lorsque je rentre de l'un de mes ateliers. Je me prépare donc un thermos de tisane au citron ...


Ahhhh ... la tisane sans sucre !! :-/


23h42

La faim a diminué d'intensité, du moins au niveau des sensations. Peut-être que je ne fais que m'habituer en fait. Quoiqu'il en soit, il est intéressant de remarquer qu'en temps normal, il me serait facile de me lever et d'aller dans la cuisine prendre quelque chose à manger. Dans le cas présent, savoir qu'il n'y a rien de prévu au menu avant dimanche me donne un début de vertige. Une partie de moi ne réalise pas encore les implications réelles de l'expérience en cours.


Par contre, mon niveau de curiosité augmente quasiment de manière exponentielle. Déjà habitué à écouter les sensations de mon corps en temps normal, l'observer en temps de "contraintes" ouvre de nouveaux horizons assez intéressants ... même s'il y a de l'appréhension palpable.


Je m'aperçois que finalement, nous sommes réellement addict à la nourriture sous une forme ou sous une autre. Je ressens étrangement la manque de sucre plus que tout autre chose. Les idées sont très claires à ce sujet ... gâteaux, thés, tisanes, etc ... il y a toujours du sucre sous une forme ou sous une autre. Même si j'avais l'impression d'avoir drastiquement réduit au fil des années. Qu'est ce que cela devait être au départ !


Je repense aux trois sucres que j'ajoute dans mes cafés habituels ... je m'en écœure déjà !


Vendredi 7 septembre

00h06