Le paradoxe ... d'être soi.



Le paradoxe ... d'être soi.


Comment concilier nos aspirations profondes, nos motivations intérieures, nos passions, nos intérêts, notre nature réelle, nos envies ... avec l'image que l'on souhaite donner aux autres ?


L'être humain est une entité si particulière, difficile à cerner et pourtant tellement prévisible lorsque l'on dispose d'informations précises sur ses interactions et son environnement. Il devient alors, prédictible au détail près. Car l'être humain ... imite ses congénères.


Il a besoin de l'approbation des autres pour se sentir exister.

Il a besoin de l'acceptation des autres pour se sentir appartenir au groupe.

Il a besoin de l'interaction continuelle des autres pour se construire et se faire évoluer.


Que l'on soit un être social ou plutôt solitaire, les dynamiques restent les mêmes, seule l'intensité des connexions diffères. Mais un solitaire ne peut pas vivre indéfiniment seul et un être social à régulièrement besoin d'un peu de solitude. C'est une valse d'équilibre constant.


Mais peut-on se fuir indéfiniment ?

Peut-on être durablement ce que l'on est pas réellement ?

À partir de quelle limite, nous nous rendons prisonnier de notre image/rôle ?


Qu'est ce qui nous empêche ensuite, de nous sortir de cette habitude/croyance et d'amorcer une "mise à jour", un changement pour se permettre de se (re)trouver, de (re)venir à soi, à son être authentique, à son unicité et à sa vibration pure du moment ?


Régulièrement, il m'a été donné d'entendre des clients me dire ... "je suis comme ça depuis tellement longtemps que je ne peux plus faire autrement" ... Ainsi, c'est une façon de s'auto-enfermer, de s'auto-condamner à perpétuer indéfiniment un schéma déficient sachant pertinemment qu'il est nocif pour la personne.


L'idée n'est pas ici de dire : c'est facile ou c'est rapide.


Mais puisque la personne a déjà pris conscience qu'elle fonctionne sur un modèle qui ne lui convient pas ou plus, c'est alors l'occasion de "tenter" une variante aux méthodes habituelles. Mais là, cela dépend simplement de la personne et de sa curiosité à se libérer de sa propre prison (mentale).


Nous sommes tellement habitués à "être" d'une certaine manière qu'il nous semble impossible de pouvoir "se permettre" d'amorcer des variantes dès que cela nous semble nécessaire.


Par exemple, si l'on a plus faim au milieu du repas ... quel est l'intérêt de se forcer à terminer son assiette, de prendre un dessert parce qu'il "faut" terminer son repas par un dessert et enfin de se dire, maintenant, le repas est vraiment terminé. Je peux enfin me lever ...


Si vous n'avez plus faim, rien ni personne ne peut vous forcer à continuer. Vous savez et vous ressentez que votre corps n'a plus faim. Vous allez donc à l'encontre de son message et de ses capacités, au risque d'être malade ou du moins, fortement indisposé pour les heures à venir.


Il en va de même vis à vis de tous types de sensations, d'émotions ou de pensées.


Si vous êtes dans une situation qui vous paraît devenue totalement inutile ou superflue, pourquoi vouloir absolument la continuer sachant que votre "intérêt" n'est plus là ?


Souvent, nous avons besoin d'initier quelque chose plutôt que terminer celle-ci. C'est l'énergie qui sert à "lancer" une action qui fait souvent défaut et pas nécessairement l'accomplissement de celle-ci. Parfois, l'objectif réel dépend du début d'une activité en particulier qui vous fera dévier sur une autre et une autre pour enfin aboutir à une action précise qu'il était impossible de prévoir dès le départ.


Mais si vous vous êtes bornés à réaliser votre première tâche sans vous écouter, vous n'aurez pas vu les opportunités en chemin et vous n'aurez pas "appris" de ces bifurcations de route.


Être soi, c'est donc savoir s'écouter "au moment venu" et se permettre de changer de route lorsque notre "intériorité" nous dit de le faire. C'est écouter ses sensations, écouter son coeur, écouter son intuition et son instinct.


Sans cela, vous ne faites que suivre votre pensée, votre intellect, vos croyances et votre peur.


Vous passez alors à côté de la vie et de ses méandres qui nous permettent d'explorer sans que la raison n'interfère à chaque instant et que celle-ci nous éloigne de notre chemin.


La raison a sa raison d'être en des circonstances bien précises.

Pour ce qui est de la vie courante, elle n'a pas lieu d'être aussi "présente/dirigeante".


Ainsi, je vous invite à apprendre à écouter votre intériorité le plus régulièrement possible.


Vous seriez surpris de la quantité d'informations que vous pourriez capter à chaque seconde en provenance de votre corps et de votre environnement. Grâce à cela, vous pourriez ensuite prendre des décisions bien plus éclairées que basées seulement sur votre logique.


Alors, de temps en temps, permettez-vous de revenir en vous-même, sortez de votre image mentale de vous, de votre rôle, de vos croyances et plongez dans votre expérience du moment, dans l'instant et dans toutes sa complexité et réalité.


Avec le temps et l'expérience, vous pourriez obtenir un équilibre intérieur où le "conflit" n'aurait plus sa place et ou l'incertitude ne laisserait plus place qu'au calme et à l'assurance.


Mais il faut prendre du temps pour pratiquer.

Sans l'expérience, vous resterez dans vos pensées.

Et c'est justement vos pensées qui génèrent vos problèmes.


Comme le disait le Bouddha ... nous sommes notre propre guide mais nous somme également notre propre bourreau. Il nous appartient donc d'initier le changement nécessaire à notre libération mentale.


N'aimerions-nous pas être "nous-mêmes" ou préférons-nous "ressembler" à ce que l'on pense que les autres attendent de nous ? Car n'oublions pas que tout le monde s'imagine "ce que pense l'autre de soi" alors qu'il pense déjà la même chose de son côté vis à vis de vous et des autres ...


Ainsi, tout le monde passe son temps à s'imaginer ce à quoi pense l'autre de soi alors que lui-même est en train de penser la même chose. Les apparences sont bien trop souvent trompeuses et rester au stade du paraître est donc la pire des erreurs pour développer une saine connaissance / conscience de soi et des autres.


Alors, au lieu de penser ... demandez.

Parlez, validez, explorez, expliquez, échangez, partagez.

Ne restez pas coincés dans votre tête et dans vos idées erronées.


Si vous avez besoin d'aide pour initier ces démarches, je vous invite à vous intéresser à la méditation et à la pleine conscience. L'autonomie est la meilleure route pour explorer à son rythme et selon ses disponibilités. Mais si vous avez besoin d'accompagnement, il me fera plaisir de vous assister dans cette démarche avec un accompagnement personnalisé.


Amicalement,

Sylvain


******************************************

Accompagnement - Massage - Méditation

L'art de vivre, au cœur de l'instant présent !


DÉCOUVREZ MON APPROCHE

www.rouchie-sylvain.com


ABONNEZ-VOUS À MON INFO-LETTRE

(recevez également mes articles du blogue)

www.rouchie-sylvain.com/infolettre-mensuelle


SOUTENEZ MA PRODUCTION DE CONTENUS CRÉATIFS

(articles, vidéos, FBLive, podcasts, méditations et conférences)

Faire un don volontaire sur : www.rouchie-sylvain.com/donation


Posts récents

Voir tout

Sylvain Rouchié

3627, rue Saint Denis

Montréal, Québec

Membre de l'Association : 

Réseau des Massothérapeutes

Professionnels du Québec - RMPQ

Numéro d'affiliation : 13-0310 

N° TPS :  754245470RT0001

N° TVQ : 4020423302TQ0001

© 2021 - Sylvain Rouchié - Tous droits réservés