La pleine conscience ... dans la rue !

Mis à jour : sept. 8


Marcher dans la rue nous permet de prendre conscience des comportements de nos semblables mais aussi et surtout, de notre propre façon d'agir ... que ce soit, vis à vis de soi-même ou mieux encore, vis à vis des autres.


Pour certains, la rue est à moi ... poussez-vous ! Laissez-moi passer !

Pour d'autres, ils avancent le plus discrètement possible ... surtout, ne me regardez pas !


Prendre le temps de s'arrêter, de contempler, d'observer ce qui se passe autour de nous. Voir comment la société fonctionne, non pas au travers de l'analyse mais simplement en prenant le temps de voir ce qui se passe là, sous nos yeux, à quelques mètre de nous.


Ce matin encore, j'emprunte mon trajet quotidien pour aller à mon bureau et je croise toujours des gens très intéressant à observer, parfois ce sont les mêmes que je croises encore et encore ... mais rares sont ceux qui le remarque.


Pour vous aider à mieux comprendre ce que je voudrais partager, voici quelques exemples assez parlant :


Celui qui lit son livre en marchant ...

Il monte les marches sans regarder où il va, il ne se rend pas compte des gens qu'il bouscule, il est absent aux événements qu'il côtoie. En fait, il est presque totalement ailleurs et pourtant, il est juste en train de marcher ici et maintenant ... il ne m'a pas vu.


Celui qui écoute sa musique et regarde invariablement par terre ...

Son champs de vision est particulièrement restreint, il a une forme de peur à établir un contact avec un autre regard, un sourire, une émotion. Il faut que je me protège, alors je reste dans ma bulle, je reste dans mon espace confiné, sécurisé. Pour m'aider, je n'écoute que des sonorités qui confortent mon élément, ma sécurité ... il ne m'a ni vu, ni entendu.


Celui qui est perdu dans ses pensées ...

Il est partout sauf ici. Il rumine son passé ou peut-être qu'il prévoit déjà sa journée du lendemain. Aucune attention n'est portée sur son environnement et encore moins sur ses propres ressentis. En général, il est totalement coupé de son corps, de ses sensations et de ses émotions. Le mental est dominant. Il me regarde ... mais ne me voit pas.


Celui qui domine le monde ...

Poussez-vous, je passe. Aucune considération pour les autres, il s'arrête en plein milieu des escaliers ou au beau milieu de la rue, ne regarde personne et pourtant tout le monde le voit. Il coupe la route, bouscule, se fait entendre, il prend de la place, il prend sa place.



Et bien d'autres exemples possibles, il suffit de regarder autour de soi et de simplement constater l'ampleur de la situation. Chaque seconde, de nouvelles situations très instructives se présentent à nous, il suffirait d'y porter attention pour apprendre, grandir et évoluer mais comme nous sommes coincés volontairement (ou non) dans notre bulle, nous passons à côté.


Et pourtant ...


Marcher dans la rue, c'est côtoyer le monde, nos semblables, notre société. Nous y trouvons de tout et nous y voyons tous les comportements possibles. C'est aussi un formidable reflet de nos propres agissements.


Rappelez le comportement de celui qui vous a coupé la route ce matin, ne l'avez-vous jamais fait aussi ? De celui qui s'arrête en plein milieu du trottoir pour regarder son téléphone, ne l'avez-vous jamais fait également ? Etc ... ce qui nous irrite chez l'autre et bien souvent un reflet de nos propres comportements.


Qu'avons-nous de mieux à faire en cet instant ? Est-ce réellement plus intéressant de rester plongé dans nos pensées, à élaborer des scénarios qui n'aboutiront très certainement jamais et qui suscitent en plus, un gros stress ou qui vont même aller jusqu'à créer des périodes d'inconforts ou de panique ?


Lorsque l'on prend du recul sur notre façon de faire et sur notre façon d'être, il devient urgent de prendre les choses en main.


Devenons observateur de notre monde, de nous-mêmes.


Suis-je capable dès maintenant d'observer ce que je fais, ce que je suis, où je suis et ce qui s'y passe ? Puis-je profiter entièrement et complètement de chacun des situations que je rencontre ou que je créée moi-même pour apprendre, grandir et évoluer ?


Puis-je conscientiser mes automatismes et mes habitudes du quotidien ?


Ou ... est-ce que je préfère rester dans ma bulle et isolé du monde ?


****


Le matin, lorsque je suis en retard, au lieu de m'énerver, de me stresser, de me presser, je prends acte de mon retard, je vais donc à l'essentiel, je fais ce qu'il faut comme action pour garder mon équilibre et mon bien-être et je vais donc faire ... ce que j'ai à faire.


S'énerver, courir, se stresser, n'aidera en rien la situation et ne permettra pas aux choses d'aller différemment. De plus, vous allez vous épuiser, vous fatiguer, vous stresser pour gagner quoi ... 2 minutes ? Est-ce réellement significatif ? ou pertinent ?


Voyez toute chose, toute action et toute situation comme un apprentissage sur le fonctionnement des choses et de vous-même. Garder cette idée en tête, elle vous permettra d'aller plus sereinement de l'avant et de progresser.


Soyez conscient de vous, des autres, du monde.


Prenez soin de vous,

Sylvain



*****************************************

Accompagnement - Massage - Méditation

L'art de vivre, au cœur de l'instant présent !


DÉCOUVREZ MON APPROCHE

www.rouchie-sylvain.com


ABONNEZ-VOUS À MON INFO-LETTRE

(recevez également mes articles du blogue)

www.rouchie-sylvain.com/infolettre-mensuelle


SOUTENEZ MA PRODUCTION DE CONTENUS CRÉATIFS

(articles, vidéos, FBLive, podcasts, méditations et conférences)

Faire un don volontaire : www.rouchie-sylvain.com/donation

Sylvain Rouchié

3627, rue Saint Denis

Montréal, Québec

Membre de l'Association : 

Réseau des Massothérapeutes

Professionnels du Québec - RMPQ

Numéro d'affiliation : 13-0310 

N° TPS :  754245470RT0001

N° TVQ : 4020423302TQ0001

© 2020 - Sylvain Rouchié - Tous droits réservés