Finalement, je suis encore seul ...

Mis à jour : févr 28



En cette période de l'année où tout le monde s'affère dans la préparation des festivités, il reste encore des esseulé(e)s, des solitaires, des écarté(e)s, des abandonné(e)s ...


Parfois, la situation est attendue, choisie, désirée, mais souvent, elle est le résultat d'une désillusion qui s'installe et perdure tout au long de l'année. Nos espoirs et nos croyances nous amènent à nier les évidences, mais au final ... nous sommes seuls.


Car même si tu parcours les soirées aussi souvent que possible, si tu navigues d'un souper à un autre, si tu t'efforces de rencontrer des gens à la moindre occasion, si tu pratiques des activités avec des personnes formidables, le constat reste le même, dès que tu rentres chez toi ... tu demeures seul.


Quand tu penses à tous ces gens autour de toi, tu les connais (un peu), tu discutes (parfois), tu vis des choses (en apparence), tu les côtoient souvent mais au final ... vous ne vous connaissez pas vraiment. Je dirais même ... pas du tout !


Nous vivons dans cette courtoisie d'apparence, dans cette amabilité nonchalante qui nous amène à croire que nous sommes vraiment des ami(e)s et pourtant, ils ne sont pas là, ils ne sont pas présents, ils n'appellent pas, ils n'interviennent pas lorsque ça ne va pas, lorsque le besoin se fait sentir, lorsque la tristesse s'installe.


Mais où sont-ils ? Mais que font-ils ?


Ils vivent leur vie en fait.

Sauf que bien souvent ...


Ils ont également la même pensée que toi à ton sujet. Où est-il ? Que fait-il ? Pourquoi n'est-il pas encore là ?


Soyons honnête entre nous, il est parfois difficile de faire le premier pas pour contacter l'autre, pour communiquer avec lui ...


Que ce soit amicalement, professionnellement ou intimement. La peur de déranger, la peur de passer pour un dépendant, la peur du "Qu'en dira-t-on?", la peur de l'image que l'on va avoir de nous, etc ... pourtant, bien souvent, tout le monde s'attend dans son coin et espère que l'autre fera le premier pas.


Je ne m'exclu pas de cette pratique, il m'arrive aussi de vivre cette situation de temps en temps. Mais il est intéressant de s'y attarder et d'observer ce qui fait que nous en sommes arrivés là.


Pourquoi ce blocage est installé, qu'est ce qui l'entretient, qu'est ce qui fait qu'il nous est si difficile d'avancer, de franchir le pas ?


Alors oui, nous allons (pour certains) passer cette période des fêtes en solitaire ou entouré de personnes inconnus qui nous projettent une illusion d'appartenance alors qu'il n'en est rien.


Pour certains, il se pourrait que ce soit un soulagement, un moment où personne ne vient les ennuyer, les perturber, les achaler. Le calme permet de se retrouver, de se ressourcer, de se préparer à la prochaine rentrée. Mais ceux-là sont bien peu en comparaison. (je fais parti des solitaires qui aiment bien la tranquillité et la solitude) :-)


Alors, si nous profitions de ce temps de retrouvailles ou de solitude pour apprendre des autres, pour apprendre de soi ? Pour essayer d'aller plus loin dans la relation avec l'autre ou avec soi-même ?


Rien n'est jamais définitif, rien n'est une fatalité en soi. Nous vivons ce que nous voulons bien vivre et récolter. Il n'appartient qu'à nous de changer ce que nous vivons.


Comment faire ? C'est pourtant simple ... en essayant quelque chose. Peu importe le quoi, le comment, le pourquoi ... il suffit de se lancer. Peu importe ce que cela va donner. Mais ce sera toujours mieux que de ne rien faire.


Alors oui, vous allez peut-être rester seul(e) pendant cette période de fêtes ou peut-être que non, si finalement, vous acceptez une invitation sortie de nulle part, si vous décidez de sortir, de répondre à quelqu'un.


Tout peut arriver car il en faut (très) peu pour engendrer le mouvement !


Mais surtout n'oubliez pas !


Quelqu'un pense sûrement à vous quelque part et peut-être même très proche de vous. Alors si vous pensez à quelqu'un en particulier là, maintenant ... il se pourrait que si vous le contactiez juste comme ça, pour prendre des nouvelles, juste pour jaser et pourquoi pas aller prendre un verre, un café, une marche ... Il/Elle vous dise oui :-)


Je vous souhaite un joyeux temps des fêtes,


Prenez soin de vous,

pensez à vous,

pensez à vos proches.


Amicalement,

Sylvain



*******************************************

Accompagnement - Massage - Méditation

L'art de vivre, au cœur de l'instant présent !


DÉCOUVREZ MON APPROCHE

www.rouchie-sylvain.com


ABONNEZ-VOUS À MON INFO-LETTRE

(recevez également mes articles du blogue)

www.rouchie-sylvain.com/infolettre-mensuelle


SOUTENEZ MA PRODUCTION DE CONTENUS CRÉATIFS

Faites un don (bas de page) : https://squareup.com/store/sylvain-rouchie

Sylvain Rouchié

3627, rue Saint Denis

Montréal, Québec

Membre de l'Association : 

Réseau des Massothérapeutes

Professionnels du Québec - RMPQ

Numéro d'affiliation : 13-0310 

N° TPS :  754245470RT0001

N° TVQ : 4020423302TQ0001

© 2020 - Sylvain Rouchié - Tous droits réservés